g)Référence musicale

                                                  Roi de terrible majesté,  qui sauvez, ceux à sauver, par votre grâce » 

-          Le premier plan du film nous présente la superbe de la Peugeot 407 SW, roulant majestueusement sur une route de montagne, dans un décor pure, naturel, donnant l’impression d’agressivité, de « mangeuse de bitume »

-          On identifie au travers de cette image le « roi de terrible majesté, qui (sauve), ceux à sauver, par (sa) grâce », fondant sur la route, tel un spectre de la mort, le « jour de colère » réduisant « le monde en cendre », issu du poème latin du Moyen Age Dies Irae, la catastrophe de la fin du monde, dans la liturgie catholique romaine du service des morts

-          Les publicitaires ont souhaité apporter un côté mystique

-          L’arrivée de la voiture est assimilée à cette séquence, montrant que tant de perfection ne peut venir que d’une force supérieure, d’un monde nous dépassant, nous dominant. Sa conception ne peut être réalisée par une main d’homme. La légèreté, la fluidité de la tenue de route est celle d’un ange au service de la mort.

-          La mise en scène est théatrale, mais classique à tout spot publicitaire de voiture

-          La musique ajoutée va enrichir cet esprit théâtrale et la vision classique de ce plan, faisant partie de la stratégie d’autodérision de la publicité, illustrant les procédés habituels utilisés par les concepteurs réalisateurs.

Dies Irae

Texte original en latin

Dies iræ, dies illa,

Solvet sæclum in favilla,

Teste David cum Sibylla !

Quantus tremor est futurus,

quando judex est venturus,

cuncta stricte discussurus !

Tuba mirum spargens sonum  per sepulcra regionum, coget omnes ante thronum. 

Mors stupebit et Natura,

cum resurget creatura,

judicanti responsura.

Liber scriptus proferetur,

in quo totum continetur,

unde Mundus judicetur.

Judex ergo cum sedebit,

quidquid latet apparebit,

nil inultum remanebit.

Quid sum miser tunc dicturus ?

Quem patronum rogaturus,

cum vix justus sit securus ? Rex tremendæ majestatis,  qui salvandos salvas gratis, salva me, fons pietatis. Recordare, Jesu pie,  quod sum causa tuæ viæ ; ne me perdas illa die. 

Quærens me, sedisti lassus,

redemisti crucem passus,

tantus labor non sit cassus.

Juste Judex ultionis,

donum fac remissionis

ante diem rationis.

Ingemisco, tamquam reus,

culpa rubet vultus meus,

supplicanti parce Deus.

Qui Mariam absolvisti,

et latronem exaudisti,

mihi quoque spem dedisti.

Preces meæ non sunt dignæ,

sed tu bonus fac benigne,

ne perenni cremer igne.

Inter oves locum præsta,

et ab hædis me sequestra,

statuens in parte dextra.

Confutatis maledictis,

flammis acribus addictis,

voca me cum benedictis.

Oro supplex et acclinis,

cor contritum quasi cinis,

gere curam mei finis. Lacrimosa dies illa, 

qua resurget ex favilla

judicandus homo reus.

Huic ergo parce, Deus.

Pie Jesu Domine, 

dona eis requiem. Amen.

Traduction

Jour de colère, ce jour là

réduira le monde en poussière,

David l’atteste, et la Sibylle.

Quelle terreur nous saisira,

lorsque le juge apparaîtra

pour tout scruter avec rigueur !

L’étrange son de la trompette,

se répandant sur les tombeaux,

nous jettera au pied du trône.

La Mort, surprise, et la nature,

verront se lever tous les hommes,

pour comparaître face au Juge.

Le livre alors sera produit,

où tous nos actes seront inscrits;

tout d’après lui sera jugé.

Lorsque le Juge siégera,

tous les secrets apparaîtront,

rien ne restera impuni.

Dans ma misère, alors, que dire ?

Quel protecteur vais-je implorer,

quand le juste est à peine sûr ?

Roi de majesté redoutable,

qui sauves les élus par grâce,

sauvez-moi donc, source d’amour.

Rappelle-toi, Jésus très bon,

c’est pour moi que tu es venu,

ne me perds pas en ce jour-là.

A me chercher tu as peiné,

Par ta Passion tu m’as sauvé,

qu’un tel labeur ne soit pas vain!

Tu serais juste en condamnant,

mais accorde-moi ton pardon

avant que j’aie à rendre compte.

Vois, je gémis comme un coupable

et le péché rougit mon front;

mon Dieu, pardonne à qui t’implore.

Tu as absout Marie-Madeleine

et exaucé le larron;

tu m’as aussi donné espoir.

Mes prières ne sont pas dignes,

mais toi, si bon, fais par pitié,

que j’évite le feu sans fin.

Parmi tes brebis place-moi,

à l’écart des boucs garde-moi,

en me mettant à ta main droite.

Quand les maudits, couverts de honte,

seront voués au feu rongeur,

prends-moi donc avec les bénis.

En m’inclinant je te supplie,

le cœur broyé comme la cendre:

prends soin de mes derniers moments.

Jour de larmes que ce jour là,

où surgira de la poussière

le pécheur, pour être jugé!.

Daigne, mon Dieu, lui pardonner.

Bon Jésus, notre Seigneur,

accorde-leur le repos. Amen.

Traduction plus littérale

Jour de colère, ce jour là

réduira le monde en cendre,

comme l’attestent David et la Sibylle.

Quelle terreur sera bientôt,

quand le juge viendra

tout strictement examiner !

La trompette répandant un son étrange,

parmi les sépulcres de tous pays,

rassemblera tous les hommes devant le trône.

La Mort sera stupéfaite, comme la Nature,

quand ressuscitera la créature,

pour être jugée d’après ses réponses.

Un livre écrit sera fourni

dans lequel tout sera contenu

par quoi le Monde sera jugé.

Quand le Juge donc tiendra séance,

tout ce qui est caché apparaîtra,

et rien d’impuni ne restera.

Que, pauvre de moi, alors dirai-je ?

Quel protecteur demanderai-je,

quand à peine le juste sera secouru ?

Roi de terrible majesté,

qui sauvez, ceux à sauver, par votre grâce,

sauvez-moi, source de piété.

Souvenez-vous, Jésus si doux,

que je suis la cause de votre route ;

ne me perdez pas en ce jour.

En me cherchant vous vous êtes assis fatigué,

me rachetant par la Croix, la Passion,

que tant de travaux ne soient pas vains.

Juste Juge de votre vengeance,

faites-moi don de la rémission

avant le jour du jugement.

Je gémis comme un coupable,

la faute rougit mon visage,

au suppliant, pardonnez Seigneur.

Vous qui avez absous Marie(-Madeleine),

et, au bon larron, exaucé les vœux,

à moi aussi vous rendez l’espoir.

Mes prières ne sont pas dignes (d’être exaucées,)

mais vous, si bon, faites par votre bonté

que jamais je ne brûle dans le feu.

Entre les brebis placez-moi,

que des boucs je sois séparé,

en me plaçant à votre droite.

Confondus, les maudits,

aux flammes âcres assignés,

appellez-moi avec les bénis.

Je prie suppliant et incliné,

le cœur contrit comme de la cendre,

prenez soin de ma fin.

Jour de larmes que ce jour là,

où ressuscitera, de la poussière,

pour le jugement, l’homme coupable.

À celui-là donc, pardonnez, ô Dieu.

Doux Jésus Seigneur,

donnez-leur le repos. Amen.



Laisser un commentaire

Site de la serie " De tout ... |
LES DiiViiNES'.. |
Forever love |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | De Tout Mon Coeur
| Mes séries TV préférées
| tomtomzz